Recherche dans les actualités

Mots clés : Emission :
1 actualité(s) au total

Hugo, What the fuck is wrong with Andre?
dans la catégorie "Quand on aime le foot, on parle foot" le 22.10.2012

Hugo, What the fuck is wrong with Andre?

r1513_9_hugo-lloris-32.jpg

 

Il en a surpris beaucoup lorsqu’au mois d’août, à la toute fin du mercato, Hugo Lloris a quitté Lyon pour rejoindre Tottenham. Pour celui qui est l’un des meilleurs gardiens au monde on pouvait espérer meilleur club pour sa découverte d’un championnat étranger. Le club de l’Est de Londres n’est pas le nom qui vient subitement à l’esprit quand il s’agit d’évoquer un grand club d’Europe, ou même d’Angleterre. Deux coupes de l’UEFA en 1972 et 1984, une victoire dans la regrettée C2 en 1963, ajoutez à cela deux championnats et quelques coupes nationales et vous aurez le palmarès des Spurs. Bien, mais pas top. On peut donc légitimement se demander ce que Lloris est venu chercher à Londres ?  

 

Mais avait-il vraiment le choix ?

 

Pour commencer il faut reconnaitre que les propositions n’étaient pas légions : les clubs italiens n’ont plus une thune et les autres gros d’Europe sont déjà bien fournis en gardien de but. Comme le club de J-M Aulas devait dégraisser, on a décidé de laisser partir le niçois, en échange de 15 millions d’euros, de l’autre côté de la manche. Beaucoup d’observateurs ont vu dans ce transfert,  une manière « cool » pour Lloris de se faire la main en Première League. Il sera titulaire tranquillement et pourra se faire voir des scouts de Manchester, Chelsea ou encore Arsenal. En gros une ou deux saisons de transition avant de partir chez un membre du Big five du championnat anglais.

 

Villas-Boas l’emmerdeur

 

 Et oui mais c’était sans compter sur le « Special Two », Andre Villas-Boas, fraichement nommé manager de Tottenham. Apres avoir perdu sa pièce maitresse, Luka Modric, enchainé les résultats tous pourris, le portugais est déjà sur un siège éjectable. Il lui faut donc se reposer sur des cadres fiables, qui le soutiendront en cas de soucis avec la direction. C’est à ce moment-là que le « vieux » Brad Friedel décide de sortir le match de sa carrière contre Norwich (1-1). Désormais dans l’esprit de l’ancien entraineur de Porto c’est clair, hors de question de se /nbsp]laisser guider ses choix par un président qui a signé un joueur sans le consulter. Il va donc volontairement se priver du français pour laisser la place à l’américain, comme ça même si les résultats ne suivent pas il s’assure au moins le soutien de l’un des cadres du vestiaire.

 

Et maintenant ?

 

Jusqu’à aujourd’hui, Hugo Lloris n’a joué que trois matchs avec les Spurs : 2 en Europa League et 1 en championnat (contre Aston Villa). Le reste du temps il squatte le banc, même samedi dernier il a du faire banquette lors de la défaite contre Chelsea, et cela quatre jours après une prestation impressionnante contre les espagnols. En France on s’étonne tous de sa situation, comment le natif de Nice a-t-il pu se retrouver dans cette situation ? Tout porte à croire que ce transfert était voulu par le président de Tottenham et moins par son entraineur. Il va donc falloir attendre de savoir ce que le sort réserve à Villas Boas, en coulisse on commence à se lasser des résultats plus que poussifs du club. Demain une réunion au sommet va avoir lieu à Londres, soit le portugais prend la porte et Lloris pourrait devenir titulaire, soit the Special Two reste et dans ce cas Hugo devra se battre pour espérer garder les cages de Tottenham. Pour la première fois de sa carrière l’ancien lyonnais va devoir lutter pour être indispensable aux yeux de son entraineur. Il faut un début à tout comme on dit.

Brice Barbotin Saliou


Ajouter un commentaire :

Les messages sont modérés et pourront être supprimés si leur contenu ne respecte pas la charte du site RTSRADIO!




Partager cette actualité :