Recherche dans les actualités

Mots clés : Emission :
1 actualité(s) au total

Italie-France: Les notes des Français
dans la catégorie "Quand on aime le foot, on parle foot" le 15.11.2012

 

L’équipe de France passait un vrai test hier soir à Parme. Après avoir convaincu face aux champions d’Europe il y a un mois, les hommes de Didier Deschamps venaient se frotter aux Azzurri, vice-champions d’Europe, dans un stade chaud comme la braise. On a regardé le match et on vous dit qui a été bon et qui ne l’a pas été. 

 

Hugo Lloris : Depuis trois mois les matchs de l’équipe de France sont les seules occasions pour le natif de Nice de se montrer. Après une performance de haut niveau au Vicente Calderon de Madrid il y a un mois, Hugo passait un nouveau test et se savait observé. Il s’en n’est pas trop mal sorti et a fait le taf. Il ne peut rien sur le but de El-Shaarawy, deux relances plus que douteuses mais une superbe parade main opposée sur une frappe de Giovinco pour mettre d’accord ses contradicteurs. Un match solide qui devrait lui redonner un peu de confiance avant de repartir vers des horizons plus sombres à Tottenham.

 

Mathieu Debuchy : Tout l’été il se voyait rejoindre la brumeuse Newcastle et son armada de frenchies. Un transfert avorté et un début de saison plus que difficile plus tard, on a perdu Debuchy. En difficulté face à Balotelli et El-Shaarawy, le lillois a été inexistant sur les phases offensives. A sa décharge, devant lui c’était Moussa Sissoko…pas un cadeau. Remplacé à la mi-temps par un Réveillère qui s’est contenté de défendre et surtout pas plus. Bakary Sagna likes this.

 

Laurent Koscielny : Sa prestation madrilène lui a certainement valu cette titularisation, en tout cas ça ne doit pas être ses CSC à répétitions avec Arsenal qui ont poussé la Dèch à lui donné sa confiance. Il a joué la sécu et a été propre, bref pas de quoi réveiller les morts mais face à Balotelli and co il faut croire que ça suffisait. Après ces deux prestations il semble prendre de l’avance dans sa course contre Yanga-Mpiwa.  

 

Mamadou Sakho : L’assurance tout risque de la défense Bleue. Il a mis un quart d’heure à rentrer dans le match, mais une fois dedans il n’a pas ménagé sa peine. Des interventions pleines d’autorités (sur Balotelli à la 40ème) et rassurantes pour ses partenaires. Encore une fois une grosse prestation pour le Titi parisien qui s’affirme, matchs après matchs, comme le futur grand défenseur de l’Equipe de France. Capitaine en 2014 ??

 

Patrice Evra : Patrice Evra a fait un bon centre pour Giroud et une frappe dégueu qui s’est transformé en passe décisive pour Gomis. Etonnamment bon depuis que D.D est sélectionneur. Patrice fait le taf et ferme sa gueule, et ce n’est pas plus mal comme ça.

 

Etienne Capoue : Associé à Blaise Matuidi devant la défense l’ancien niortais a fait son boulot. Rien d’extraordinaire mais pas non plus mauvais. Intrinsèquement moins doué que M’Vila, Capoue a le mérite de ne pas entrainer ses potes dans des virées nocturnes sans fin. Et ça, ça vaut bien une titularisation face aux Azzurri. Le lyonnais Gonalons l’a supplée en fin de match, tout ça pour montrer que l’OL était toujours le fournisseur officiel de l’équipe de France.

 

Blaise Matuidi : En l’espace de trois mois c’est devenu la référence française au poste de milieu défensif. Solide à la récupération et facile à la relance, le parisien s’affirme comme un rouage essentiel dans le système de Didier Deschamps. En difficulté hier, il a tout de même bien colmaté les trous et a su imposer un bon pressing tout au long du match. Il est cependant dépassé sur le but d’El-Shaarawy.

 

Moussa Sissoko : L’idée de génie de Didier : mettre Moussa Sissoko milieu offensif droit. Ouais, ouais j’ai bien dit Sissoko, le mec qui est plus videur de boite de nuit dans le système de Casanova au TFC. OK il a joué quelque matchs à ce poste avec son club, mais sans déc’ à ce niveau-là il n’est plus question de bricoler. Solide défensivement mais inexistant offensivement, il serait temps de le replacer dans l’axe en lieu et place de son pote de de club Aurélien Capoue. Remplacé par Benoît Trémoulinas (91ème) qui pourra dire à ses petits-enfants qu’il compte une sélection en EDF, et ça, ça compte.

 

Franck Ribéry : Ch’ti Franck avait laissé son talent en Bavière. Vexé de s’être fait voler la vedette par Valbuena, Ribéry n’a pas arrêté de provoquer. Le soucis c’est que provoquer face à deux adversaires qui te marquent de près c’est compliqué, et encore plus quand on ne passe pas la balle à ses potes démarqués. Remplacé par un Ménez (64ème) qui avait des jambes de feu et une envie débordante de se faire du rital. Pourquoi ne l’a-t-on pas vu avant sur le pré avant ? A la place de Sissoko par exemple ?  

 

Mathieu Valbuena : Sevré de ballon en début de match, il a eu du mal à se situer sur le terrain. Mais en ce moment Petit Vélo est touché par la grâce. La preuve, un débordement côté gauche improbable, slalom entre deux défenseurs et frappe de sourd dans un angle impossible, ça fait but. C’était le but de la soirée avant que Zlatan vienne rappeler au phocéen qui était le meilleur joueur de Ligue1. Le marseillais a été bon et a souvent été le déclencheur des meilleurs occasions des bleus. A la 73ème minute on l’a prévenu que sa Lamborghini était en danger, énervé comme jamais il a couru jusqu’au parking pour aller coller deux, trois patates et défendre son bijou. C’est le revenant Yoann Gourcuff qui l’a suppléé. Une sélection de plus pour le breton, mais vraiment rien de plus.

 

Olivier Giroud : Revigoré par son doublé samedi dernier avec Arsenal, Giroud a plein d’envie mais pas autant de talent et ça se voit. Incapable de garder le ballon pour faire remonter le bloc équipe, l’ancien de la Paillade a vécu un match compliqué sur le front de l’attaque française. Bien marqué par Barzagli et Chiellini, il a souvent joué dos au but et s’est fait voler la seule occaz valable qu’il a eu sur un centre d’Evra. Bafétimbi Gomis l’a remplacé à la 64ème et a réussi a marqué un but de raccro sur sa première occasion du match et oublie volontairement Réveillère sur sa dernière. La suite a été plus compliqué pour princesse Erika, qui a prouvé qu’il était encore plus lent de Chiellini à la course…respect.

Brice Barbotin Saliou


Ajouter un commentaire :

Les messages sont modérés et pourront être supprimés si leur contenu ne respecte pas la charte du site RTSRADIO!




Partager cette actualité :