Recherche dans les actualités

Mots clés : Emission :
1 actualité(s) au total

Didier Deschamps ne partira pas en vacance avec Blanc
dans la catégorie "Quand on aime le foot, on parle foot" le 19.12.2012

 

Didier Deschamps revient au cœur de l’actualité. Le sélectionneur national, longuement interrogé par L’Équipe, a balayé l’actualité de l’équipe de France. À commencer par les éternels problèmes de comportement qui polluent le groupe et brouillent l’image des Bleus dans les médias. Pour Deschamps, le talent n’est plus la seule donnée à prendre en compte au moment de sélectionner un joueur.

 

« Je ne prendrai pas quelqu’un si je pense qu’il ne faut pas que je le prenne. C’est clair. Le talent, ça ne suffit pas au haut niveau. Sinon, ce serait trop facile », argue-t-il. L’avantage de Deschamps, c’est qu’il dispose pour l’instant du soutien de l’opinion pour qu’il puisse imposer son style et ses idées. « L’opinion, ça peut vite changer. Si j’estime dans mon fonctionnement que je dois me priver d’un joueur, je me priverai de ce joueur. Vous pouvez faire les papiers que vous voulez. C’est mon boulot. J’assume », explique-t-il.

Voilà donc par exemple pourquoi Samir Nasri n’est pas sélectionné. D’abord suspendu, le joueur de Manchester City n’a toujours pas fait son retour en Bleu depuis l’Euro. « Il n’est pas loin, très loin, moins loin. Il fait partie des présélections à chaque fois. Après, c’est toujours le même souci. Quand je fais une liste, je sais qu’on va me parler des absents. Ça revient toujours. Je me dis que, au bout d’un moment, vous allez vous lasser (rire). Mais non. Moi, je ne fais pas de différence », a évacué Deschamps. Patrice Evra a eu plus de chance que Nasri.

« L’opinion, il l’aura toujours contre lui. Il le sait, je le lui ai dit. Il ne pourra rien faire. Il ira au bout de sa carrière avec ça. Lui et les autres. Je leur ai dit de ne pas se battre contre ça. Mais ne croyez pas : Patrice, je ne lui fais pas de cadeau. Je l’ai connu très jeune. Il ne faut pas oublier qu’il fait partie du peu de joueurs qui évoluent dans un club du niveau de Manchester United, avec des saisons à cinquante matches, et le brassard par moments », a commenté le sélectionneur national. Mais outre certains cas particuliers, Didier Deschamps s’est également épanché sur le passage de témoin plutôt délicat avec Laurent Blanc.

On dit les deux hommes brouillés depuis la nomination de Deschamps à la tête des Bleus. « Je l’ai revu, on a joué un match ensemble (avec le Variétés). Après, ce n’est jamais agréable que l’un prenne la suite de l’autre. Je ne veux simplement pas qu’il y ait une ambiguïté sur le fait que je me sois libéré de Marseille au moment de son départ. Moi, je pensais me libérer dès la fin mai. Je n’avais rien programmé », s’est défendu l’ancien entraîneur de l’OM, avant d’admettre qu’il a été touché par cela. « Oui. J’avais besoin d’un peu de recul, aussi, par rapport à cela. Et j’avais besoin de lui parler. Après, on ne partira peut-être pas en vacances ensemble. Mais par rapport à ce que l’on a vécu… Bon, voilà, on est sur de l’humain, on compare les époques, on demande aux joueurs de comparer, c’est chiant, oui, c’est chiant. Mais la chose la plus importante, c’est que je peux me regarder dans la glace. Les circonstances peuvent être troublantes. Mais je n’ai rien calculé. Rien du tout. »

 

Source: http://www.footmercato.net/equipe-de-france/edf-deschamps-commente-les-cas-nasri-et-evra-et-revient-sur-sa-brouille-avec-blanc_97377


Ajouter un commentaire :

Les messages sont modérés et pourront être supprimés si leur contenu ne respecte pas la charte du site RTSRADIO!




Partager cette actualité :