Recherche dans les actualités

Mots clés : Emission :
1 actualité(s) au total

L'Allemagne visitera Saragosse
dans la catégorie "Hand Day" le 20.01.2013

 

Premier huitième de finale de ces championnats du monde : Allemagne-Macédoine, et première surprise, ce match se jouera deux heures avant tous les autres. En effet les diffuseurs allemands voulaient que leurs compatriotes puissent profiter d’un dimanche en famille devant un match de la Nationalmannschaft. Faudra quand même dire à la ZDF que faire un match à 15h45 en Espagne, c’est s’assurer de n’avoir personne dans les tribunes. Evidemment à cette heure-là les José et autres Manuel font la sieste et n’ont aucune envie de venir écouter la, toujours géniale, playlist de la salle de Barcelone. 

 

D’entrée de jeu les allemands montrent qu’ils sont venus faire le taf et veulent régler l’histoire le plus vite possible. Roggisch, Wiencek, Schmidt, Weinhold, soit quatre buteurs différents pour mettre un 4-0 en sept minutes. L’affaire semble bien partie et on se dit que les macédoniens vont se faire martyriser de la sorte pendant une heure. Les Lions Rouges s’en remettent à leur artilleur en chef, Kiril Lazarov, pour ne pas se faire distance. Le joueur de l’Atlético Madrid, meilleur buteur de la Coupe du monde 2009 et de l’Euro 2012, permet aux siens de rester dans le match en enquillant les tirs à neuf mètres. Avec un retard de quatre buts à la pause peut-être que les macédoniens n’ont pas encore dit leur dernier mot dans ce match.

 

 

Après la pause le match s’équilibre et à chaque fois que les allemands marquent un but, la Macédoine égalise sur l’action qui suit. Il reste quinze minutes à jouer et l’écart est toujours de quatre buts en faveur de l’Allemagne (20-16). Les joueurs de Shundovski peuvent compter sur un Lazarov en forme et désireux d’améliorer ses statistiques (26% des buts de son équipe durant le tournoi). L’arrière enchaine trois buts et permet à son équipe de rester dans la course. Vient alors le tournant du match lorsque la Macédoine laisse filer, coup sur coup, deux occasions de revenir à égalité. Une première suite à un superbe arrêt de Heinvetter et une deuxième après un jet de sept mètres envoyé dans les tribunes du Palau Sant Jordi. Les macédoniens ont laissé filer leur chance, la faute peut-être à un manque d’expérience, et ne reviendront jamais dans ce match. Pire encore, ils couleront dans les dix dernières minutes. La bande à Kneer s’envole (4-0 entre les 52ème et la 55ème) et s’offre un quart de final face au pays organisateur, mercredi à Saragosse. Espagne-Allemagne, le classique du football de la fin des années 2000, s’annonce comme disputé et accroché.

 

 

 

 

Allemagne 28 – Macédoine 23 (mi-temps : 13-9) :

 

 Allemagne :

Gardiens : S. Heinevetter (11/30, dont 0/1 à 7m), C. Lichtlein (0/4, dont 0/1 a 7m)

Joueurs : S. Kneer (5/8), O. Roggisch (2/2), P. Wiencek (4/6), T. Reichmann (1/1), C. Theuerkauf (0/1), P. Groetzki (1/2), S. Weinhold (3/6), M. Strobel (2/3), K. Schmidt (4/5, dont 1/2 a 7m), S. Fäth (0/3), M. HaaB (2/3), A. Pfahl (2/5), D. Klein (2/3), S. Christophersen.

Exclusions: 2min: O. Roggisch, P. Groetzki, S. Weinhold (2 fois)

Entraineur : Martin Heuberger

Monténégro :

Gardiens : N. Mitrevski (2/2), B. Ristovski (11/39, dont 1/2 a 7m)

Joueurs : .D. Manaskov (3/7/), S. Stoilov, K. Lazarov (8/15, dont 2/2 a 7m), A. Jonovski, B. Angelovski 0/1(/), V. Temelkov (2/3/), F. Mirkulovski (1/3), V. Markoski, N. Markoski (1/1), N. Mojsoski (3/6), V. Dimovski, G. Georgievski (2/2), F. Lazarov (3/5), M. Levov

Exclusions : A. Jonovski (2 fois), F. Mirkulovski, D. Manaskov, S. Stoilov, F. Lazarov .

Entraineur : Zvonko Shundovski

 

Silvio Heinevetter, gardien Allemagne.

« On savait que la Macédoine jouait lentement et avec une grosse défense. Notre but était donc de jouer rapide et de profiter de toutes les contre-attaque que l’auraient. Je pense qu’on a réussi à faire ce qu’on voulait, c’est donc un bon match. »

 

 

Martin Heuberger, sélectionneur de l’Allemagne

« Nous sommes très fières de cette victoire. On savait qu’ils s’allaient s’appuyer sur Kiril  Lazarov ainsi que sur leur pivot Markoski. On s’est donc bien préparés en conséquence et je pense que notre défense a été très solide et très rassurante. Je tiens à saluer la performance XL de notre gardien, Heinevetter. Je sens que l’équipe monte en puissance et gagne en confiance, c’est qui est bon pour la suite de la compétition. »

 

 

Brice Barbotin-Saliou, envoyé spécial pour Hand’Day à Barcelone.


Ajouter un commentaire :

Les messages sont modérés et pourront être supprimés si leur contenu ne respecte pas la charte du site RTSRADIO!




Partager cette actualité :