Recherche dans les actualités

Mots clés : Emission :
1 actualité(s) au total

La Hongrie à l'usure
dans la catégorie "Hand Day" le 22.01.2013

 

Le dernier huitième de finale, ce soir au Palau Sant Jordi, nous réservait un alléchant derby entre deux pays voisins : La Hongrie face à la Pologne. Sortie deuxième de son groupe, derrière la Slovénie, la Pologne arrivait pleine de confiance et avec l’envie de tout casser. De son côté la Hongrie était arrivée troisième du groupe de la mort (Groupe D avec l’Espagne et la Croatie). Ce match sentait bon la sueur, les contacts virils et les coups bas. Tout ce qu’on aime en somme.

 

Tout d’abord, et c’est notre devoir de journaliste, il est toujours bon de rétablir la vérité. Si le site officiel du championnat annonçait une salle remplie à 80%, ne le croyez pas. Ce soir il y avait tout au plus 4.000 personnes au Sant Jordi, mais 4.000 âmes sur une salle de 16.000 places, ça sonne évidemment creux.

 

La preuve en image.

Le match n’a pas encore commencé que la Pologne a déjà gagné une bataille, celle des tribunes. Ils sont à peine deux cents mais font du bruit comme deux milles, ça les Aigles Blancs l’ont compris et comptent bien s’appuyer sur ce soutien. L’arrière polonais Bielecki s’envole, marque et vient haranguer la foule alors que l’on joue depuis neuf minutes tout au plus. Indéniablement les « Polska, Polska » donnent des ailes aux Blancs et Rouges puisqu’ils enchainent un 3-0 en quatre minutes. Déjà un quart d’heure de jeux, la Pologne mène 6-4 et les Hongrois peinent à réagir. Les bookmakers avaient raison, les Polonais sont plus forts. C’est à ce moment du match que Nagy et ses amis décident de faire tomber la Pologne de son piédestal, en marquant cinq buts en neuf minutes (9-7 à la 26ème). Les Polonais peuvent compter sur un public chaud bouillant, par contre ils devraient sérieusement s’inquiéter de la maladresse de leurs arrières. A la 28ème minute, sur une contre-attaque Hongroise, Szmal fait l’arrêt qu’il faut mais peut vraiment remercier sa coquille de lui avoir préservé l’éventualité de jouir, un jour, d’une descendance. Au buzzer la Hongrie est devant par la plus petite des marges (10-9). C’est certain la Pologne va se rebiffer et montrer un autre visage au retour des vestiaires, du moins c’est ce qu’on se dit.

Très vite la deuxième mi-temps va tourner au calvaire pour des Polonais dépassés dans l’envie et surtout dans la maitrise tactique de ce match. Clairement les Hongrois sont meilleurs et le font savoir. Coup sur coup Laszlo Nagy gratte deux ballons en défense et envoie Ivancsik s’amuser avec le gardien, ce qui permet aux Hongrois d’être sur un 7-1 en seulement treize minutes. Bielecki a beau faire le malin avec ses lunettes style Kareem Abdul-Jabbar, son équipe est larguée et ne reviendra pas. La preuve avec cette statistique qui tue : en deuxième mi-temps, la Pologne a converti 45% de ses tirs, quand la Hongrie en mettait 75%. Pour ne rien arranger à la situation, la chance s'en mêle et choisie clairement son camp, il sera Hongrois. Putics envoie une brique sur le poteau, poursuit son action et récupère le ballon à 6 mètres avant de finir le travail et d’ajuster Szmal. Mes voisins Hongrois hurlent leur joie dans leurs micros.    

 

 


Bon d’accord, sur la photo ils n’ont pas l’air très heureux, mais je vous assure qu’ils l’étaient.

 

La fin du match approche et les supporteurs des Magyars magiques font de la lèche aux locaux en sortant les drapeaux Catalans. Artur Mas likes this. Pendant ce temps le D.J du Palau Sant Jordi envoie un Star Wars Theme qui colle parfaitement à la situation. La Hongrie a vaincu la Pologne et poursuit sa marche royale dans cette Coupe du monde. Le quart de finale les opposera à un pays proche puisqu’ils devront se débattre avec la Slovénie.

Brice Barbotin-Saliou, envoyé spécial pour Hand'Day à Barcelone


Ajouter un commentaire :

Les messages sont modérés et pourront être supprimés si leur contenu ne respecte pas la charte du site RTSRADIO!




Partager cette actualité :