Recherche dans les actualités

Mots clés : Emission :
1 actualité(s) au total

David Christmann avant Cesson-Montpellier
dans la catégorie "Hand Day" le 09.03.2013

David Christmann se confie sur ce match spécial pour les deux équipes

David, Montpellier ça vous inspire quoi?

On a tous en mémoire la grande équipe de Montpellier, celle qui domine le championnat depuis une vingtaine d’année. C’est toujours gratifiant de les jouer. Après ça reste un match de LNH, il ne faudra pas se contenter de les regarder jouer, il faut croire en nos forces et aller au combat.

L’équipe de Cesson peut mettre en difficulté Montpellier. On l’a fait au match aller, même s’ils nous ont eus à l’expérience.

 

 

C’est encore plus particulier après ce qui s’est passé l’année dernière ?

Evidemment, surtout que l’on jouera encore au Liberté. Je pense que c’est quand même sorti de nos têtes, même s’il y a encore des secousses de temps en temps. Au final ça a beaucoup affecté le club, les joueurs et les dirigeants. J’ai moi-même été convoqué par la police après notre match à Ivry le 19 Décembre. Ce sont des choses qui marquent et il faut qu’on arrive à laver ce qui s’est dit sur nous. J’aimerais quand même que ceux qui ont fait des conneries ce jour-là assume. Visiblement ce n’est pas la défense qu’ils ont choisi et c’est dommage.

 

 

C’est difficile de ne pas y repenser ?

Bien sûr c’est dans les têtes de tous les joueurs. Maintenant il faut arrêter de subir tout ça et essayer d’en faire un booster pour ce match.

 

 

Utilisez-vous cette affaire pour motiver vos joueurs ?

Non pas du tout. Après sur un point de vue plus personnel, je n’ai pas du tout apprécié d’être convoqué le 19 Décembre. Donc pour moi c’est une motivation supplémentaire pour gagner ce match.

 

 

Est-ce que Montpellier a perdu de sa superbe avec cette histoire ?

Oui. Même si sans Karabatic je les trouve presque plus fort, et incontestablement plus complets qu’avant. Avec Tej, Accambray, Guigou, Almagro ils sont encore dans une autre cour par rapport à nous.

 

 

Vous avez un calendrier difficile avec Dunkerque, Montpellier et Chambéry à la suite, quelle est l’ambition de Cesson dans ces matchs ?

Il faut se donner les moyens de prendre des points, C’est-à-dire qu’il faut rentrer sur le parquet décomplexés et avoir de l’ambition. Je pense que, dans leurs têtes, mes joueurs se limitent en se disant que l’exploit est impossible.

 

 

Pour ou contre le championnat à 16 ?

J’étais pour, et cela pour deux raisons. Premièrement il faut savoir qu’aujourd’hui un joueur de handball dans un club comme Cesson travaille sept mois dans l’année (trêve internationale, vacances, coupes d’Europe, etc.). Il est donc payé cinq mois alors qu’il ne joue pas. Nous, ça nous aurait permis de remplir notre calendrier, donc de jouer encore plus et ainsi d’augmenter les recettes de billetterie.

L’autre raison c’est qu’un club comme Aix, qui s’est considérablement renforcé avec l’histoire des paris, va certainement se sauver. C’est donc un autre club, Créteil, Toulouse ou même nous,  qui va descendre. Or sans cette histoire de paris je ne crois pas que les frères Karabatic auraient signé dans un club qui lutte pour le maintien. Je pense qu’il aurait été juste de rétablir un peu la balance vis-à-vis des autres équipes qui luttent pour ne pas descendre.

 

 

Brice Barbotin-Saliou


Ajouter un commentaire :

Les messages sont modérés et pourront être supprimés si leur contenu ne respecte pas la charte du site RTSRADIO!




Partager cette actualité :